Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9170E Bernars feit paser nos François d’autre lés ;
Quant il furent tut outre, si sunt achaminés.
Le jor fu mult oscur et le ciel anublés ;
Un petit pluvina ; auquant en sont moilés.
Une riens lor vaili, q’il troverent un prés
9175O il cevaucerent ensamble tut serez :
Ce fu lor gran defanse al plovoir, çe saciés.
De ceus vos canterai c’au camp furent remés,
Qu’encaucerent Paiens come lous enavrés ;
Detrençent pié et poing et spaules et costés.
9180181 aCarles au primer chef, cum hom entalentés,
Le brant tient en son poing, roge et ensanglentés ;
Ou Saracins fusent a la cité entrés,
Quant un Thiois escrie : « Tut sumes engignés.
« Ariere ! arier ! » fet il, « frans chevalers prisés.
9185« Con sa gient est Rollant departiz et anblez ;
« Vers Françe s’an repaire, si nos a renogés. »
François, quant l’oïrent, si an sunt effraés ;
Li uns le dist a l’autre ; es les vos arestés ;
E bien en petit d’ore fu l’encaucier lasés.

CCCXCIV[1]

9190Quant si verent François et savrent bien de voire
Qe Rollant est partiz, ou est tot lour espoire
(Non verent ses ansaignes, ce lor ferent plus croire
Qe gerpiz les avoit au greignor estovoire),
Toz le plus coloriz an vient de peor noire ;
9195Plus tornent tost arier ne feit fauchuns a loire,
Criant « Arier, ariere ! » cascuns a suen pooire.
Rois et princis et dux et d’autre grant manoire

    — 9170 uos — 9177 furẽs — 9182 Ou Saracis — 9183 Q. un cheois — 9186 repaue si uos a reuoges — 9188 Le uns li dist, est leu’ a. — 9189 En b.

  1. — 9194 uoire — 9196 pocire — 9197 Rois princis.