Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXCII[1]

9145Dist Hestous : « Foi qe doi au ber saint Nicolai,
« Je sui bien uns de ceus qe plain pié non movrai
« Por aler a morir en leu o je nun sai ;
« Si ai feit grant folie quant mon seignor leisai,
« E sui dou tot certan penetence n’avrai. »
9150Quant Rollant l’a oïz, si dist : « Je obliai,
« Sire coisins Hestous, quant dou camp me sevrai,
« Qe nus choars ne vos ansenble o moi menai ;
« Par pué que je ne di qe nun acheverai
« Bien de cestui viage quant avec moi vos trai.
9155« Car tornez vos ariere ; si non ferois arai.
« Je pri vos e les autres qi sunt an tiel esmai
« Qe retornez ariere ; bon griez vos en savrai.
« Si Diex ploit, le mainant sains vos esploiterai ;
« E, se folie faiz, encor amenderai.
9160« Il feit asez grant pieçe qe coneü vos ai.
— Sire », ce dit Hestous, « de tot ton dit m’apai ;
« Bien sai qe sui ceitis, autre tieche non ai.
« Mais de cil pué qe puis jamais non te faudrai ;
« Autre verais de moi avant le mois de mai.
9165180 b« Cevauce pur avaint, qe bien te segirai ;
« Mont m’ais bien segondié a soner de mon lai. »

CCCXCIII[2]

Le baruns a grant piece sunt entr’eus ranpoignés,
Mais Hestous repantis se clama de son griés,
Gerars et Olivers andeus les ont sevrés.

  1. — 9146 pei non mõrai — 9149 penetencia — 9155 La fin du vers semble corrompue — 9160 proeçe avec o et e expontués — 9162 rieche — 9163 qe pius
  2. — 9167 rapoignes.