Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dunc l’a gardez li quens tres par mi le visage ;
Respondi lui parole dunt oit ire et ontage.

CCCXCI[1]

« Sire Oliver », dist Rollant le marqis,
9120« Par riens qe me disoies non seroges ahis.
« An breu vos respondrai dunt vos m’avois reqis :
« Ne fust par avantaje q’avrai sor mes nemis,
« Si com je croi avoire, nen seroie partis
« Ne n’avroie mun oncle a bataille garpis,
9125« Car plus l’aim de coraje d’ome dou siegle vis.
« Vencuz a l’anperere les cuvers maleïs ;
« Par le partir de nos ja nun sera maumis.
« Je vos menrai an leu, croi el saint Esperis,
« Qe nus non tornera ne pobres ne mendis.
9130— Sire », dist Oliver, « qeil sera cist peïs ? »
Rollant lui respondi : « De ce seez toz fis,
« Qe je nel vos diroie por un quart de Paris,
180 a« Ne a vos ne a nus autres : jurez l’ai et plevis ;
« E se dir le devoie a nul, ne blans ne gris,
9135« Sil savroit Oliver, li cosins Aymiris.
— Sire » ce dist le duc, « vos m’aveiz tot aquis ;
« Je ne veul plus savoir cum estes talentis.
« Se grevez vos en ai, si m’en claim repantis. »
Dou cont se part, si est ariere revertis.
9140Hestos en vient a lui, Gerart et Anseïs.
« Avois », feit les barons, « de cist aler reqis ?
— Oïl », dist Oliver, « mais rien n’en m’a geïs,
« Mais qe cescuns soit preus, corajos et ardiz,
« Con cils qi vont trover lor mortels enemis. »

    — 9117 Dunt — 9118 outage

  1. — 9123 nen sere p. — 9125 C. p. lami — 9127 uos — 9134 deuoie ance ne b. — 9138 clami — 9139 arier.