Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ansi rompent la prese com vent unde marine.
Balegant seit el var che Bande la roïne
8875Li tramist por amor de terre Alexandrine ;
Mult l’amoit de coraje, car estoit sa coisine.
Paumoiant son esplié, feisant chiere lovine,
Si fert en la bataille come lous en gaudine.
Un sodoier encontre, qe fu nez de Mesine ;
8880Une toise de l’aste i mist por la petrine,
Mort l’abat estenduz aval pance sovine.
174 a« Aragons chevalers ! » crie en lengue Païne,
« Hoi feruns de ces Frans bien greignor disipline
« Ne feit lous de berbis, ce le cuer m’endivine. »
8885Adonc oisez soner a vos mainte boisine
E d’une part e d’autre feire grant desertine.
Carles cria « Monjoie ! », tient l’espee acerine ;
Cui il conseut un colp, mais n’i vaudra meicine ;
Maintenant stuet morir, n’en puet avoir termine.

CCCLXXX[1]

8890Aprés le roi de France vient pognant Guinimer :
Escocie et Yrlande tient a jostisïer ;
Rois fu encoronez, mout par feit a priser.
Venuz est en Espaigne le reigne calungier
A bien .xm. homes, dunt il fu guioner ;
8895Enchué voldra, s’il puet, sa proece mostrer.
De sa lance desploie un penuns a or mer
A troi castels enpaint noir et blans a quarter ;
Eschu en oit ausi e couvert son destrer ;
Bien retreit a prodome, ne senble pas bergier.

    — 8873 romperent — 8878 la manque — 8879 mesane — 8881 estorduz — 8882 cria — 8886 fiere — 8888 cõsent

  1. — 8891 iostusier — 8895 mostre — 8896 despoie — 8897 uoir — 8898 conuert s. drestrer — 8899 reitret.