Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Une rien le gari et une remanbrance :
François se clamerent le jor chevaler France ;
Sor cil collor passa pres li cons de Maiance.
8795172 aEl destrer d’un caüs monta sans demorançe.
Quant il fu en l’estor, vers ses amis s’avançe,
Trosque a l’estendart non a feit arestance.
Si cil Sir non en panse qe fu feruz de lançe,
Son retorn amenra a maint François pesançe.

CCCLXXVI[1]

8800Par devant l’estendars ou l’ensagne baloie,
Ou estoit Balegant et cel q’ele convoie
E quatre roi Paiens (n’a cil q’en Jesu croie),
S’aresta Ysorez, qe de dolor larmoie.
L’amirant le conuet a l’ensagne de soie ;
8805Quant il le voit navrez, duremant s’en esfroie.
« Ysorez », ce dist il, « par tot l’amistez moie,
« Avez paor ahu de cels qe nos gueroie,
« Ch’ensi estes tornez cun la cere vermoie
« E la targe rompue, qe tote a une part ploie ?
8810— Sire », dist le valez, « vostre giant se desroie ;
« Toz le plus vanteors au besoing s’afleboie ;
« As colps François ne vaut arme une coroie.
172 b« Venuz est a l’estor Carles, le roi d’Anjoie :
« Pires feit de vos homes, ou le brant q’il manoie,
8815« Ne fesoit de Greçois le bon Hector de Troie.
« Se ta gient ne secores, ja por aus ne staroie.
« Ou est dam Falsiruns, que le coars astoie,
« Que doit toz le mont prendre, se Machun le otroie ?
« La parole de lui mult me resanble coie.
8820« Trop tart pora vengier la dolorose ennoie

    — 8792 riem legay et u. romanance — 8795 dun cas — 8798 la lance

  1. — 8800 en lensagne — 8807 uos — 8809 targa — 8813 a cestor c. le r. damoie — 8817 On — 8818 machu.