Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/36

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En breu en abati de morz une quinçaine
Qe mais en Pampalune ne laverunt a çaine ;
O il les trove espois, malement les demaine.
8770Salamons remonta et delivrez fu Gaine.

CCCLXXIV[1]

Salamons est montez, q’oit grant peor ahue,
E Gainelons le cont por la Carluns aiuhe.
Le jor fu la bataile por l’enperer venchue,
Car tot le plus caitis de Frans por lui s’argüe ;
8775O troverent Paiens, malemant le salue.
Ysorez fu a pié, qe tient sa spee nue,
E navrez d’une plaie qe li dona cont Hue ;
Mout li furent lontans cele gient mescreüe ;
E voit l’anpereor qe toz confunt e thue.
8780Por le melor de lui de mal leu se remue ;
Panpelune regarde, duremant la songlue :
« Sire Diex », ce dist il, « q’ele ne soit perdue !
« C’onque si grant bataile non fu par hom vehue.
« S’ancor vent cele ensaigne q’est derer remanue,
8785« Ou est la flor a or en celestre batue
« E çele escharterie sor cele lance agüe
« (C’est l’ensaigne Rolant, je l’ai bien conehue),
« Hoi avront feit Paiens une malvasie isue,
« C’aprés le colp Rolland jamés hom non mançue. »

CCCLXXV[2]

8790Mout par fu Ysorés le jor en grant dotance ;
Pres lui non voit son piere ne nulle conosance.

    — 8768 releuunt — 8769 Cil les troue

  1. — 8779 laꝑeor — 8785 On est — 8788 Hoi aurent fer
  2. — 8790 vsorer le ior e g.