Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/351

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


xième journée du combat, 2134-2870 ; éloge de sa conduite vis-à-vis de tous ses ennemis, 2926-32 ; sa prière le matin de la troisième journée, 2987-3012 ; description de son armure, 3022-3068 ; troisième journée, 3148 et s. ; trève et discussions théologiques, 3485-4050 ; reprise du combat, victoire de Roland, qui tue Ferragu en le frappant au nombril, seul point vulnérable, 4051-4182 ; Roland arbitre du sort de la ville de Nájera, 4313 ; décide que les habitants auront la vie sauve s’ils se font chrétiens, 4339 ; son enseigne arborée sur la tour, 4402 ; refuse la couronne d’Espagne tant que la conquête ne sera pas terminée, 4446 ; chevauche en ville sous les yeux des dames, 4484 ; chargé d’une reconnaissance sous les murs de Pampelune, 4503-57 ; organise l’expédition, 4558-608 ; à défaut d’Estout, qui refuse, 4631, envoie Turpin et Engelier en éclaireurs, 4673 ; arrive à la rescousse, 4964, 5132-51 ; a un cheval tué sous lui, 5180 ; refuse le cheval de Bernard de Meaux, 5213 ; secouru par Ganelon, 5227, qui le remonte, 5302, il rentre dans la mêlée, 5323 ; monte sur Veillantif, 5436 ; fait Isoré prisonnier, lui promet la vie sauve et l’envoie à Charlemagne, 5444 à 5511 ; sonne du cor pour le ralliement et la retraite, 5514, 5634 ; fait son rapport, 5655 ; s’oppose au supplice d’Isoré, 5674 ; est rappelé à l’obéissance par Charlemagne, 5691-710 ; dissimule sa colère, 5717 ; répond évasivement à Isoré qui le supplie, 5723-54 ; obtient qu’on négocie l’échange d’Isoré et d’Estout, 5793-826, 5992, 6281 ; délivre Isoré à condition, et lui fait compagnie hors du camp, 6285-331 ; rabroue Estout, 6613-6630 ; reçoit un cheval en présent d’Isoré, 6672 ; reçoit l’ordre de veiller, 6915, 6939 ; invite l’empereur à la clémence vis-à-vis des Allemands, 7128 ; conçoit le projet d’assiéger Noble, et envoie Bernard aux renseignements, 7169 ; chargé d’arrêter les renforts envoyés par Marsile à Pampelune, 7530-650 ; débordé par les païens, demande du secours à Charlemagne, 7678 ; excite ses troupes au combat, 7757 ; accomplit des prouesses dans la mêlée, 7764, 7855, 7881 ; désespéré par la tournure du combat, 7896, s’emporte contre Charlemagne quand il arrive, 7913, et en reçoit une dure réprimande, 7921 ; sa colère, 7937, et sa rancune, 7975 ; fait la paix avec son