Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Un quarter en scartelle, qe pués ou priez remaint ;
E Ysorez fiert lui dou brant q’il avoit çant,
Dou circle feit voler jagonz et diamant ;
8715S’en breu n’avront haüe, le uns en avra plaint.

CCCLXXII[1]

Fort s’antrefirirent ambesdeus li vasal ;
Le uns aete l’autre come nimi mortal.
Des eumes trençerent ambesdos li nasal.
Si durast la bataille cors a cors a jornal,
8720Le uns n’eüst le pires, mais je ne vos di al.
D’anbe part i brocerent lor bons ami carnal.
Iloc fu li quens Gaynes corajeus et loial,
Un Paien aversa et seisi le cheval ;
Salemons le voloit livrer en son estal,
8725Quant sor destre sorvient Grandonie l’emiral.
Cist estoit de bataile le mestre natural :
N’avoit tiel en Espaigne en la loi criminal ;
De peior n’oit asez a conquier le Graal.
Quant il vit Malçeris et son fil altretal,
8730Si se mist a bandons por trastorner lor mal ;
170 bSor main tient e brandist un roide esplez poignal,
Veit ferir Gaenellun sor l’escuz a esmal,
Chaïr le feit a terre, a chin fust bien o mal.
Adunc se ralïerent les Paiens desloial,
8735Sovre li sunt coruz a destre et por costal.
Malçeris a seisis le bai de Portegal
Et en arçons seili, roge come coral.
La fu pris Gaeneluns par delez un broal ;
Vers l’estendart le moine Braiden le senescal.

    — 8715 uns naura p.

  1. — 8718 trecerent — 8720 Le uns ueust — 8722 Iloc fu gaynes coraiẽs — 8728 asez cõqurer — 8732 a esinal — 8734 A. semlierẽt — 8737 Enẽ arçons.