Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de captivité, 2311 ; cherche de nouveau querelle à Oger, 2350, et à Girard de Roussillon, 2385 ; raille Ferragu, 2958, et pronostique sa défaite et sa mort, 3350 ; se réconcilie avec Oger, 3363, 3372 ; prend part avec Roland à une reconnaissance à Pampelune, 4564, 4601, 4623 ; refuse d’obéir à Roland qui veut l’envoyer en éclaireur avec défense de combattre, 4631 ; s’attire des sarcasmes de Rolland et de Girard de Roussillon, 4639, 4644, à qui il tient tête par ses railleries, 4654 ; se conduit vaillamment dans la mêlée et tue Corsabrin, 4979 ; désarçonné par Malgeris, 5071, se rend prisonnier, 5104 ; enfermé dans une tour de Pampelune, 5116 ; inquiétude de Roland et de Charlemagne sur son sort, 5650, 5667, 5682 ; interrogé par Malgeris sur son identité, 5878 ; espère être délivré en échange d’Isoré, 5934 ; fait l’éloge de Charlemagne, 5937, et rappelle comment il a triomphé de Girard de Roussillon, 5967 ; Roland songe à le faire délivrer, 5998, et Charlemagne charge Gautier de négocier l’échange avec Isoré, 6005 ; Gautier feint d’abord de ne pas le reconnaître pour tromper Malgeris, 6165 ; fureur d’Estout, 6170, qui oblige Gautier à se rétracter, 6184 ; Charlemagne fait son éloge, 6250 ; Isoré délivré sur parole par Roland à condition de le faire relâcher, 6286 ; Malgeris veut garder et Isoré et Estout, 6380, mais, vaincu par les prières de son fils et de sa femme, il rend la liberté à Estout, 6455 ; joie d’Estout, 6489, chargé par Isoré d’offrir un cheval à Roland, 6546 ; revenu au camp français, il plaisante amicalement Roland sur ce cadeau d’un ennemi, 6584 ; Charlemagne apaise son courroux contre Gautier, 6609 ; Roland répond à Estout, qui feint d’être fâché et de vouloir quitter le camp pour rentrer en France, 6636 ; Charlemagne prend sa défense, 6644 ; Estout prend part à la punition des Allemands, 6940, et invite plaisamment Charlemagne à leur pardonner leur défection, 7134 ; accepte de mauvaise grâce de rester au camp à la demande de Roland qui part en expédition, 7597, 7607 ; allusion à son humeur railleuse, 7650 ; à sa délivrance, 7924 ; s’efforce de calmer le ressentiment de Roland contre Charlemagne, 7962 ; raille les insuccès de Roland depuis la prise de Nájera, 7993 ; plaisante de nouveau sur les relations de Roland avec Isoré, 8287 ; remercie