Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/301

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

9612. Lire porte, au lieu de parte.

9711. Gallaneüs est une forme bizarrement latinisée du nom de Galant, le forgeur d’épée légendaire (cf. la note relative aux vers 3233-4), dont il n’est pas question dans les romans de la Table Ronde. L’idée de faire passer l’épée de Tristan à Oger le Danois n’est donc qu’une fantaisie de notre poète. On sait que l’épée de ce dernier est célèbre dans l’épopée française sous le nom de « Courtain » ; la chanson de Fierabras (éd. Krœber et Servois, vv. 651-3) en attribue la fabrication à Munificant, frère de Galant ; mais Jean d’Outremeuse s’est rencontré avec l’auteur de l’Entrée d’Espagne en l’attribuant à Galant lui-même (Pio Rajna, Origini dell’ epopea francese, p. 445, n. 1).

9712-16. Sur l’épisode célèbre du combat de Tristan avec le « Morhout » (l’Amorot, comme porte la leçon littérale du manuscrit de l’Entrée d’Espagne), voir J. Bédier, Le roman de Tristan, par Thomas, t. I, p. 71 et s. Le combat a lieu dans une île que les poèmes français sur Tristan qui nous sont parvenus ne nomment pas, mais que le roman en prose (d’accord avec Chrétien de Troyes, Érec, 1249) appelle « l’isle de Saint-Sanson » (L. Sudre, dans Romania, XV, 543). Je ne sais où l’auteur de l’Entrée d’Espagne a pris son « isle de Carchus », qui fait penser à une confusion avec l’« isle de Colcos en mer » (Troie, 765) où Jason va conquérir la Toison d’or. En tout cas, le nom de « Meliadus » donné au père de Tristan montre qu’il connaît le roman en prose de Tristan.

9829. Au lieu de estorcier, corriger esforcier.

9953. Lire Greçeis, au lieu de greçeis.

9958. Lire Jeneveis, au lieu de jeneveis.

9965. Lire 9965, au lieu de 9665, et Greçois, au lieu de greçois.

9989. Allusion à un épisode du roman d’Alexandre, celui des arbres du soleil et de la lune qui annoncent au conquérant sa mort prochaine (édit. Michelant, p. 351 et s. ; cf. P. Meyer, Alexandre le Grand, II, 185). Cet épisode est encore indiqué avec plus de précision aux vers 10415-6.

9990. Le siège de Tyr est démesurément développé dans le