Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/300

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8780. Le sens de ce vers est : « pour pourvoir à sa propre sûreté, il quitte la mauvaise place (où il se trouvait) ».

8800. Au lieu de entendars, lire estendars.

8816. Entendez : « Si tu ne secours pas tes gens, ils ne tiendront pas par eux-mêmes. »

8907. Cum se puet espaner signifie « la dimension d’un empan », c’est-à-dire la largeur de la main.

8958. Je crois que Crasu désigne « Crassus » plutôt que « Crésus » ; mais on peut hésiter.

8977. Pour Gerer, la leçon du manuscrit a été lue gemr par Mussafia, lequel a proposé la correction admise dans le texte. Le nom de ce personnage ne revient pas dans l’Entrée d’Espagne, mais on sait que, dans le Roland d’Oxford, le nom de Gerer accompagne toujours celui de Gerin, ce qui justifie notre leçon. Quant à Gerin, peut-être faut-il le reconnaître dans le Garin du v. 916.

9036. La lecture tentina proposée en note (au lieu de tenti n’a) doit être accueillie sans réserve ; cf. le Glossaire, tentiner.

9054. Lire Esclavoine (avec une majuscule), conformément au système suivi pour les noms propres, même employés adjectivement. L’épithète Esclavoine appliquée à sclavine montre bien que l’auteur n’avait pas conscience de l’étymologie et du sens propre de ce dernier mot.

9166. C’est-à-dire : « tu m’as bien répondu comme je le méritais », proprement « sur l’air de ma chanson ».

9292-3. Cette allusion à l’histoire de Jason vise le roman de Troie (éd. L. Constans, vv. 741 et ss.). Qalcantiere désigne la Colchide, considérée souvent comme une île ; c’est un mot composé avec Colcon (Troie, 1137) et terre.

9415. Lire 9415, au lieu de 9413.

9563. La connaissance du « Saracinois » attribuée à Oger le Danois prouve que l’auteur de l’Entrée d’Espagne est au courant de la légende qui fait du célèbre guerrier le fils d’un prince sarrasin d’Espagne que Charlemagne a recueilli tout jeune et baptisé ; voir Pio Rajna, dans Romania, II, 155-6.

9585. Il est probable que cainers signifie « canards », bien que le mot canart soit très rare en ancien français.