Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLXXXI[1]

De la gran joie c’oit Karles le bon rois
A poi non pas me pordesus le caumois ;
Plus d’un arpaint de terre alerisois
15785Anz che parler poüst a clere vois ;
Mais en ses brais tient son niés li marchois,
Amont le dreçe, basant e boche et ois,
Con plus desir e de cuer plus pietois
Che non feit dame son mari, ce saçois,
15790Quan il revient de païs estranois.
Quand le roi parle, si dist con unble vois :
« Douz fil », dit il, « resuresi m’avois
« Da mort a vie ; vesqui n’aüse un mois.
« Douz ma sperançe, mon confort, mon repois,
15795« Brais de justice envers les orgolois,
« Plen d’unbleté, sanz orgoil e bufois,
« Cuer de mon vantre, clere lus de mes ois,
303 a« Se je vos fi oltraje ne sordois,
« Car pur des ore, biaus duz niés, je conois
15800« Que senz vos bras non valdroie un pois,
« E si pri Diex, l’altisime gloriois,
« Che mort moi soit in conpagnie tot fois
« Che mais je voie cil pont, quand finirois. »
De la pieté del roi des Romanois
15805En plurerent environ tuit François.

  1. — 15783 camois — 15784 alensois — 15785 parle — 15786 son brais tient son ueu li marchis — 15788 le second plus manque — 15789 so mari — 15790 rement de pais estrauois — 15791 olble uois — 15793 nausent — 15794 e mon repois — 15795 euers — 15796 Plan de obelte — 15797 clerlus de mon dis — 15798 Se mi uos fi ; il semble qu’il manque ici un vers — 15799 duz mes — 15800 bras manque — 15801 E si pu, glonois — 15803 ieuoit c. p. q. ie f. — 15804 de rois des Romarois — 15805 plurent.