Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/291

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

De pietié e joie le cor oit si destroit,
15755Qu’en celu pont, par tot l’or che ce soit,
Non poüst mie ver lui parler un moit.
Davant son niés engenolé seroit
Mercé crïer de ce che feit li oit,
Més cil, che tot de bonté sormontoit,
15760S’engenola, si con fere devoit,
Davant celu che plus de cor amoit
D’ome del secle, e merci le crioit.

DCLXXX[1]

Davant son oncle le fil de la marchise
S’engenola e merci oit requisse,
15765Oiant trestot de Flandre et de Frise.
« Sire enperer », dit Rolant, « en devise
« A vos plaser prenez de moy justisse,
« Car enver vos ai fet plus grand fantise
« D’ome del secle, bien le sai par certise,
15770« Quar vos par moi estes en ma conquisse ;
« Je m’en alay, e l’ost ici remisse
« Avez tenu por vestre gran franchisse,
« Don doit bien estre, non di por gabarixe,
302 b« Por desor moy la venjance sorprixe. »
15775La spie trait, por la moitié l’oit prisse,
Por mé la man dou roi de san Donise
Si l’a baili ; oiez gran gentilixe,
Con grant orgoil oit unbleté conquise.
Le roi l’entand, l’arme oit si conquise
15780Qu’il non poüst, con la storie devise,
Un mot parler por la cité de Pise.

    — 15754 destoit — 15755 ce manque — 15757 son ueu engenele — 15760 fer — 15762 le croit

  1. — 15768 plus manque — 15769 qua uos, e ma conquisse — 15771 Eie ualay lost ï ciremisse — 15772 fachisse — 15775 por mõte — 15776 de roi — 15779 si a c. — 15780 si con lastone d.