Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Enbraz lui tost con molt bele acontançe,
299 aBaise le el vis, puis dit par amistançe :
« Frer, por celui che estoit ma sperançe,
« Senpre serai a vetre comandançe. »
15590Cil l’in mercie con une dous senblançe.

DCLXXV[1]

A l’aconter che fu sor le laris
De dous vasaus che sunt de bonté eslis,
De pieté et joie fu grand le ploreïs.
« Sire Oliver », dit Rolant le marchis,
15595« Bien en pui dir, e sin soié tot fis,
« De quant je sui estié al regne Persis
« Non fu ma jor mon cor non fust pensis
« Per vetre amor, enbron et amutis ;
« Se le cors fu oltre la mer fondis
15600« En conpagnie des Paiens Arabis,
« Le niés Girard tenoit le esperis,
« Ne jor ne noit non fu da vos devis. »
Don fu Oliver del parler si aquis
Que bien le mostre d’andos les ois del vis.
15605A poine poit dir : « Sire, gran mercis »,
Che Salamon, le roi poesteïs,
Vient randonant con hom voluntaris
Veor le duc che or ert revertis,
Che plus le ame ch’ome del segle vis.
15610Anz que Rolant del tot le coneïs,
Est Salemon del bon cival desis,
For che davant en genellon se mis,

    — 15587 Basse lui — 15588 che stoit — 15590 Cil in m.

  1. — 15592 des b. e. — 15596 De q. esui — 15600 En conpagne — 15601 girad t. le experit — 15602 n. fi da — 15604 mostra — 15606 poestis — 15609 les ame cha on del selgle ius — 15610 Anc — 15612 e genellon.