Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLXXII[1]

Le duc regarde par mé la val soptaine,
Vit la grand ost do rice Çarlemaine,
Li duc, li princes, li baron e la graine
Qui mielz poïst randoner por la plagne,
15510Por veoir cil che vient de tere straine.
Le niés Karlon dit a Hue ch’el magne
Son bon cival e derer lui remagne ;
Encontre alla a la nobel compagne ;
Aler lui senble un an anz che l’atagne.
15515Si tost ch’il fu sor le varon de Spagne,
Voit Oliver ou cival de Sardagne,
Che del venir les argüe et ingragne,
Qe de suor tot le destrer s’en bagne,
L’escu, le heume, la lançe ou tot l’ensagne ;
15520Vers le niés Karles conduit Hues li Magne.
Tost que Oliver conuit le çavetaine,
Non croy sparvier plus tost la quaille pragne
Com el desend por desus la canpagne ;
Roland le voit, pietié si le sofragne
15525Ch’el non poüst per tot l’or d’Alemagne
Parler un mout, mais con angle vollagne
Desend a terre aprés sa dos compagne.

DCLXXIII[2]

Lor est Roland desor la lande erbue
Desis a terre de sa beste crenue
Prés la conpagne che tant oit cher tenue.
15530Con baçaller, quand plus volor l’argüe,

  1. — 15509 poit radoner — 15511 Karles — 15515 Si tost con — 15519 Lescu eume — 15520 Tere te n. k. c. ues — 15522 la manque — 15526 mõt ma si con — 15527 L. ert ro. de soz
  2. — 15530 quad.