Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tot fu d’argiant batus, si i ert troi dragun.
8550Si estroit le segirent quatre mile Bertun
Cum fusent estorniels en flote en un bosun,
Devant trestot les autres le Mansel conte Ugon,
Ricemant adobé sor un ceval Gascun ;
Sor main porte sa lance, irez come lion.
8555Synador bien les voit, si an fu an fricun ;
Volanter s’en tornast, s’i avoit eqeison.
Au guinchir qu’il a feit l’ala ferir Haymon :
Frere stoit Amïel, si en fit vengeisun ;
De pieçe avoit veüe sa fole partisun.
8560Deu brant le veit ferir si sor l’eume reün
Ne puet heume ne cofie avoir defensiun ;
166 bToz le veit porfendant enfreciqe ou menton,
Dou cheval l’abat mort, q’il ne dist oi ne nun.
Por cestui n’avra meis le rois Marsiliun
8565Nus secors ni conseil ni buen diz ni sermun.

CCCLXV[1]

Quant fu mort Synador por son fier ardimant,
Por le train prist Haymon le buen cheval corant,
Gundelbuef le presente, qi en estoit engrant.
E le rois le munta, si en mercie l’enfant.
8570Paumoiant les esplés, « Saint Maclot ! » escriant,
Les Frixuns trepaserent, si sunt mis al devant.
Sor cels de Tortolose font un envasemant ;
Estanché les troverent, ce lor vient a tallant ;
Ociant e ferant les menerent fuant
8575Enjusques a l’ensaigne au viels roi Estorgant.
Cels les tient e sostient, si les veit demandant

    — 8549 T. fu dargaĩt — 8552 D. trestor — 8555 aufu aufricun — 8558 aniel si en fũ — 8559 uene sa — 8562 profendant enfin ci qe on m.

  1. — 8569 Après ce vers il y a un blanc d’une ligne — 8570 ma ellot — 8572 feut un euasemant — 8573 cellor — 8575 Eusqz lensaigne — 8576 demadant.