Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/277

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLXV[1]

15375Ne fu pais soul Hostous a teil paroles dir,
Mais tut les autres piers menacent le partir ;
Ne quident qe Rolant deüst mais revenir.
L’uns barons aprés l’autre vont le congié querir ;
L’enperer ne le seit ne doner ne tolir ;
15380Lor reclama Rolant cun un agu sospir :
« Dous fiuz, se tu is mort, car me vien a oncir,
« E, se tu is vivant, vin ma plage garir,
« Que tantes fois me feit et jor e nuet morir.
« Rolant, or conois jé qe je feri le sir
15385« De mon guant par le vis, qi me fesoit servir ;
« Ne puis més dolant estre, ne sai fors de taisir.
— Sire », dit Oliver, « por c’est bien a guenchir
« La mauveisse ovre a feire avant le repantir ;
« Il me poise de vos e de moi le martir,
15390« Mais tel a feit la plage qe non puet estre mir.
« Ne quidés por ce mie qe je ver vos m’aïr,
« Tant qe jusque la mort ne vos voille obeïr
« Por le amor celui qi tant me feit languir ;
« Qui vos faudra, cil sui qi ne vos puet falir :
15395« Qui qe partent de l’ost, je sui au remanir ;
« Qui por vos fuie mort, por vos la veul sofrir.
« Mas fetes une ren, se vos vien a plesir :
« Pués qe ces vos barons ne vos volent seguir,
« Feites a l’endeman tut vos greiles bondir,
15400« Les pavailons destandre q’avïés feit qilir,
« E cescun vostre arnois cargier a bel loisir ;
« La reregarde veul avoir e sostenir,
« Pués retornons en France a dobler le martir.
— Oliver », dit le rois, « ce seroit da graïr,

  1. — 15375 Me — 15377 deus — 15379 ne doter ue t. — 15386 Ne p. m. d. sui — 15391 Ne qui de — 15394 priet falir — 15397 pleir — 15398 le uos uolent — 15402 La regarde — 15403 P. retor nos.