Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/275

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

15320E verent Panpalune e le palés mabrin.
Rolant mostre a Sanson le host dou fil Pepin ;
Lor repouser descendrent a l’onbre d’un sapin.

DCLXIII[1]

Li troi sunt desos l’arbre, delés un pré herbu ;
Cescuns tient por la rene son bon cheval crenu.
15325Segnor, a cele ore estoit de l’ost ensu
294 aUn chevalier de pris, qi de Bertagne fu,
Armés de totes armes ; nen aloit avec lu
Fors qe son escüer, qi li tient son escu.
Le chevalier oit nom Rainer, le fil Baudu,
15330Si estoit sir de Nant et a Salamon dru.
Dejoste une rivere a dui meslarz veü,
Maintenant le leisa, si a gitez beü ;
Neporqant si doutoit li Poien mescreü,
Environ lui regarde, cum homme aperceü ;
15335Li troi cheveler a desos l’arbre veü,
Don broche son cheval, si treit le brant tot nu,
Crient q’il fusent Poien, cele part est venu.
Rolant ni nus des autres sunt de seoir moü,
Ains lor dit le niés Carles : « Soiés un petit mu. »
15340E quant le sir de Nantes a tant avant coru
Que a son grant loisir a Rolant coneü,
Le parler perd de joie, l’enclin e le salu :
Ne poüst un mout dir por lu estre pandu.

DCLXIV[2]

Por le roi conforter, qi mout estoit dolant,
15345S’en torne le vasal a esperon pongant

    — 15321 hos — 15322 L. repõser

  1. — 15323 arber les un herbu — 15326 de pus — 15327 uen auloit auedu — 15330 Sil e. — 15331 riuete, mesalz ueu — 15332 Vers inintelligible ; le scribe a dû omettre un ou plusieurs vers où il était dit que Rainer lâchait son faucon ; cf. v. 15346.