Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLX[1]

De le sabor dou pome Sanson merveile prist.
Rolant li regarda andos, e si lor dist :
« S’il vos fist ier soir grace nostre magne Menist
15270« E je voi q’ancor nul de vos l’en benoïst,
« Por qoi vos serviroit, s’il por qoi non veïst ?
« Loés l’en, s’il vos a feit ce q’ancor ne fist
« Vos aiol ni vos peres ne qi de lor insist.
« Or chevauchons avant en le nom dou Batist. »
15275E il ensi firent, pués q’il lui abelist.
Tot droit contre levant Rolant son chemin prist
E voit un grant boschaje por delez un robist :
293 aChemin, senter ni voie n’i trova ni l’aprist,
Mais tant oit grant fiançe en le mand Jesu Crist
15280Qu’il ne garda por riens qe l’en adevenist
Que, quant se fu signé, ou bos ne se ferist.

DCLXI[2]

Si tost con le cheval dou guaut fiert la frontere,
Si i ovri une voie mout large e mout pleneire ;
A bien terz doi e plus i a aute la poudriere ;
15285De .cc. ans passés senbloit ancionere.
Si con il vont avant la veoient entiere,
E, qant il arestoient por aucune maniere,
Ne verent fors que bois devant els ni darere,
Les grant arbres entor els e le grant foillere.
15290Rolant retent le bai por la rene d’or chiere.
« Hues », dist il, « or dites, et vos, Sanson, biau frere

  1. — 15268 garda — 15269 Sil uos fil, mãgie m. — 15271 seruiroi til sil — 15274 ele nom — 15275 qi lui a. — 15281 quant manque
  2. — 15284 la pro oudriere — 15288 que lois — 15289-15290 Le scribe a interverti ces deux vers — 15290 R. ni tenti.