Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le cheval, qant le vit, por poi ne se desfraine,
A honir comença contre son chevetaine,
Bien mostra q’il avoit eü fain et avaine.
Mout est joians le duch qil voit de tele alaine ;
15245Bellemant i est monté, pués descend en la plaine.
L’angle s’en est alei, qi delés la fontaine
Avoit leisiés dormant li dui en tele straine
292 bQu’il n’avoient regard de creature humaine.

DCLIX[1]

Dejoste la fontaine, sor l’erbete menue
15250Descendi le niés Carles, si apelle qens Hue
E Sanson : « Levé vos, q’il est l’aube venue,
« Si nos alons au roi de la tere asolue. »
Li barons leverent, cescuns broine vestue ;
Cescuns lave ses meins e sun visaire ablue ;
15255Lor cheval enselent, q’il n’i oit retenue,
Pués montent eremant, mais ainz la remohue
Dist Hues : « Por cil Sir qi feit core la nue,
« Mon cor non s’en ira s’un pome ne meinjue ».
Lor s’aproche ou pomer, s’a une pome tolue,
15260A sa boche l’a misse, si l’a aigre sentue :
Le jus estoit plus apre qe nulle spine agüe ;
Lo quens la gite hors e contreval la rue.
La segonde e la terçe a pués a dens rompue,
E dist : « Tel mereveile non fu por hon veue. »
15265Sanson cherche la pome comant ele a perdue
La douz sabor d’ier soir, dont ele est recreüe.

    — 15245 descẽde plaine

  1. — 15251 laube menue — 15252 Si uos — 15256 heremãt — 15258 sun pomer mẽnue — 15261 Le uis, spoine a. — 15262 Lo ques — 15264 tel merueille nõ por hõ u. — 15266 diez soit.