Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLIV[1]

15165Le jor en est alei e venue la nuit.
Le heremite Sanson de l’encloistre se muit ;
En la capelle entra, ou Rolant a conduit ;
La orent e proient : tel furent lor deduit.
Un petit vont choucher, ne n’i avrent, ce quit,
15170Autre lit fors ke erbe qi point e ne feit fruit.
Rolant, qi avoit esté por mi le marin bruit
Travailés e penés nuef jor e nouté huit,
Sens l’aler dou desert qi l’a chaufés e quit,
Ne fit pas a bleismer se le dormir non fuit.
15175Dormir ne puet le hermite, qi son terme conuit
291 aQu’englotir li estovra de prés le mortiel guit :
Tote la nuet ora, qe ja ses oil ne cluit,
L’une larme prés l’autre sor la face li pluit,
Saint Michael reclame e li angles trestuit
15180Qu’il reçoivent sa arme, qant il trapaser duit,
E che li Satanas li bandont e refuit.

DCLV[2]

Avant la mie nuit a le hermite commançe
Un dolor a venir de tel desmesurançe,
Au plus q’il puet sofri le mal en paciançe,
15185Mais qant plu les angoises furent qe la sofrançe,
Se reclama en aut la some Sapiançe
E la Verge Marie con mout grant reverançe :
« Preciose roïne, con ta sainte semblançe
« Garde moi dou faus angle, q’il n’ait sor mi posançe.
15190« Glorios Deu, ma coupe, puis qe me ensi d’enfançe. »

  1. — 15165 uenu — 15175 pueit, comuit — 15181 refuĩt
  2. — 15184 pueit sofrir — 15185 qe le sinãçe — 15186 reclauma — 15190 prus qe me (corrigé en ne) ensi đ fãçe.