Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/266

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCL[1]

Le duc a pris le pan qi longue avoit la scaile ;
Tost qe il engloiti la prime començaile,
Il n’oit voloir de cars, de perdris ni de qaille,
15090De grosses venoisons ni d’autre menjuaille
Qe le sabor non sente, cascuns selong sa taille.
Lor encline le ciel e Celui qui le baile.
Il conjure le hermite, s’onqes Jesus li vaile,
Se tote fois vivoit d’autretele vitaile.
15095Le hermite dist : « Nenil, fors qe je sent la paille
« Qe m’est grief a mander de boche en la ventraile ;
« Mais le pains qe tu manges, croi qe dou mien plus vaille.
— Sire », ce dit le duch, « je vos di bien sens faile
« Hom qi de teil viande seisis la governaile
15100« Petit devroit douter ni estor ni bataille ;
« Mar i devroit durer hiaume ni scu ni maille
« Ni citei ni castel, tant soit fort ni tant vaille. »

DCLI[2]

Aprés le pan, dou pome a menjüé le dus :
Tant dous et saborous en a sentis le jus
15105Que pimant ni claré ni ceriz ni vins nus
Non delita a avoir, s’il en fust manteüs,
Que le sabor ne sente con s’en aüst beüs.
Quant ont menjüé tant qe il non voudrent plus,
Si levent en estant et a Deu font salus.
15110Le hermite prent dou pan qi li est remansus,
Pué a dit a Rolant : « Esgarde, de Deu drus :

  1. — 15088 T. qil — 15090 menu ulle — 15091 le long — 15093 heremite som q̃s — 15094 fos — 15095 heremite — 15097 miẽ ses uaille — 15100 Peti
  2. — 15103 le duch — 15105 ni cenz ni u. n. — 15106 fu mantheus — 15108 qil — 15110 hermit — 15111 P. adit ro. esgar de deu drus.