Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/264

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCXLVII[1]

L’angle qi tel lugor e tel splendor gitoit
Mis sor le sant autel un pain q’inter estoit
15035E dous pomes ausi ; pués parle e dit : « Ce soit
« Por le tien compagnons qi est chevalers droit ;
« Bien a feit e fera, tant con vie li croit ;
« Por eshalcer la loi onqes son per non oit.
« Fa li onor, car c’est le ome beneoit
15040« Qi pechié de luxurie ni nul mal non feroit.
« Il dit qe de sa vie molt volunter saroit,
« E il en avra grace, car bien avoir la doit :
« Quant prixe ert la citei qi France or redoit,
« Set ans vivra, non plus, en le humain destroit ;
15045« Mout joians pora estre s’onques France revoit ;
« Traïs ert en Espagne, ou coroner se croit,
« E teil le traïra qi il mout ame e croit.

DCXLVIII[2]

« Grant joie lui doit estre, qant cil pont avindra,
« Qu’en le servise Deu come martre mora :
15050« En male hore nasqui cil qi le traïra.
« Conforte lui de ce qe il deman vera
« Son oncle e si compaign ; mais un perdus en a.
« Ne la vie de toi gaire non durera :
« Jamais l’autre solel tes oil non revera,
15055« Que morras au matin, qe jor n’esclarira.
289 a« Cil qu’est ore arivé con prevoire sera
« En oïr tes pechiés, e pués t’enfoïra. »

  1. — 15034 Mais, paim — 15036 P. le rien — 15038 eschacer — 15039 lome — 15043 hert la c. qi frãce ore doit — 15045 son qeus f. r. — 15047 treira
  2. — 15049 Que le s. d. c. m̃ãtre m. — 15052 enna — 15056 C. queste.