Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Nen somes aveüs qe le mangie pastor ;
« En Paradis terestre nos a menés cist jor.
« Se j’en iere creüs, por Deu le creator,
15010« Jamais ne partirons, car il seroit follor. »

DCXLVI[1]

Sanson, le fil Soldan, prent la pome en riant ;
Tost q’il en oit gosté, si dit : « Bien m’acontant
« Ke ja plus noble çose non vit home vivant :
« Bien vaut un tiel pomer tot le regne Persant. »
15015Il en paruit goster, mais il n’en fist neant.
Quant furent saülés li dui a lor talant,
« Segnor » ce dit li angle, « dormés seguremant,
« E je farai la garde, e an mie nuet avant
« Leverés a garder trosqu’en l’aube parant. »
15020E il li respondirent : « Tot a vestre comant. »
As chevaus donent boire la dous aigue corant,
Pués s’achocha cescun sor sun escu pesant.
Le angle les signa por un tel covenant
288 bJa ne reveileront jusqu’a solel luçant.
15025Or dirons de l’ermite qi s’en veit eremant ;
Por devant l’autel Deu en gienoilon se stant
E proie Nostre Sir de foi e scordemant
Que humés le recoge en le regne contant :
De jor en jor aloit tel proiere faisant.
15030Lor voit environ lui un esplendor si grant
Que cil qi les airs fent non seroit autremant,
Qi por paor de foldre feit signer maintenant.

    — 15009 Se ie mere — 15010 seroil f.

  1. — 15012 euoit g. — 15015 mais iteneant ; ce vers ne peut s’appliquer qu’à l’ange qui avait pris la figure de Roland ; le scribe a dû passer au moins un vers ; il a d’ailleurs séparé le v. 15016 précédent comme s’il commençait une autre tirade — 15017 langle — 15018 faria g. eaudimie nuet ꝗuãt — 15019 agardet — 15022 P. la chocha — 15024 leiçãt — 15025 leremite, heremãt — 15027 escõde mãt — 15031 l. ars f.