Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E dit : « Segnor, anueit v’aconvient a dormir.
14980« Je ai poié le tertre e veü sans falir
« Qe deman verons Carles, son host e son enpir.
« Mais le soire est venue, n’acovient ja partir.
« Por Deu, ne vos soit grieu une nuet mal gesir ;
« Veez ci le erbe drue por les chevas fornir.
14985— Hei ! sire », dit Sanson, « ce feit bien a cherir.
« Une rien vos dirai, non mie por blandir,
« Qe la u vos fussés, nus hon poroit languir. »

DCXLV[1]

Dejoste une fontaine, qi sort soz un arbor,
Descenderent li dui, e li angle aveq lor,
14990E tolirent li frans as chevas milsoudor.
Li du pasturent l’erbe e le terz flaire entor :
Senblant feit de mangier, mais ce fu van color.
L’angle s’asist sor l’erbe, e le fiuz l’aumensor
Qui qidoit bien ce fust Rolant le poigneor,
14995Car son semblant avoit, sa façe e son color.
A un pomer sovaje vient Hues le contor.
« J’en manjurai », feit il, « ou le Jesus honor. »
Une en mist a sa boche, e senti un oudor
Q’a tot jor de sa vie n’en senti un greignor ;
15000288 aA ses dent le peça, sin insi un sabor
Teil qe de la mervoille il se garda d’entor.
A l’angle e a Sanson en a portés plusor
E li dit dousemant : « Menjués, mon segnor,
« De le plus noble frut qe l’en trovast ancor.
15005« Voiremant tel fu cil qe le nostre ançesor
« Menjua por conseil de sa chative oisor.

    — 14982 la partir — 14984 Ueez et le e. — 14985 a choisir — 14987 uos fustes

  1. — 14996 A une p. — 14997 iehus h. — 14998 eudor — 15000 une fabor — 15002 esanson — 15003 mẽiue — 15004 frutu — 15006 hoisor.