Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/259

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que, de qant avin ça, m’ont livrés grant ahans.
« Quant je mieus aoroie Damediex en lisans,
« Assalir me venoient li culvers mescreans :
14900« Un jor me bersoient ceans li fou ardans ;
« Sour l’autel de l’eglixe vi gesir une brans,
« Ne l’ousoie tocher, s’an ere desirans ;
« Mais une vois en a parlé : « Non seis dotans ».
« Maintenant l’alai prandre, ains n’i reqis clavans,
14905« Entr’aus m’alai ferir, mout hoi bon conduisans ;
« Onciant e firant avaus les derubans,
« Les enchauçai por force une liege tinans.
« Ensi de jor en jor les alai mestroians ;
« Pur ier en droite terce i oit un estor pesant,
14910« Une liege e dimie les segui en un plans,
« Plus de cent en oncis ains le pont merians :
286 b« Se tu fuses venus por mi les mors gisans,
« En veor le mervoile des rostes caup tinans,
« Tu bien avroies dit de croire les romans
14915« E de Rome e de Troie e dou tens ancians
« E q’il fust verité la force des jaians,
« D’Erculés e d’Antheu e de Febus le grans. »

DCXLI[1]

Rolant se mereveille a guise d’ome sage
Qi desor l’inposible n’aferme son coraje ;
14920Il regarde le hermite e la veile amaje :
« Estes vos donque cil, por Deu nos avoage,
« Qui tant grant Seracins a mort en cil boschaje
« E si grant coup donés por flans e por visaje ?
« Je les ai bien veüs outre cil poi sovaje.

    — 14897 que de qãt amença mout lmnes g. achans — 14902 sanete desirens — 14905 ferit — 14907 L. enchauçai chai p. f. — 14908 E. deior les a. mestoiãs — 14912 por moi — 14917 gians

  1. — 14919 Qi de s. lui p. — 14920 heremite ela ueile amaie. Le dernier mot m’est inintelligible — 14923 e po u. — 14924 Iles ai b. u. autres.