Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/257

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En plorant dit le hermite : « Il a cent ans ausi.
« Je sui celui Sanson qe celu mortre fi.
14845« Le jor qe le hui feit, de Rome m’en fuï ;
« Dou jor e une nueit en un bos me tapi,
« Ne ja dedens cist terme ne menjai ne bevi.
285 b« Dou pechié me trovai si formant repanti,
« S’il ne fust la sperance de divine merci
14850« Qe pardona celui q’en le flanch le feri,
« Iluech m’avroie mort, si fuse en tot peri ;
« Mais la some Pieté, ou je ancor me fi,
« Me fist fort et ardis entre ses enemi.
« Ou pape m’en alai, qe trovai en Orvi,
14855« E trestot nu pié l’angle devant lui me standi :
« Mon pechié li contai e ma coupe bati.
« Mout se mereveilla, qant ce dire m’oï ;
« Le congié me dona, pués me dist : « Biaus ami,
« Diés te pardone en ciel, le Roi qi ne manti.
14860« En feir la penitançe dou pechié q’as basti,
« Ne la me sai penser, mais de ma part t’outri
« Qe tu de toi la praignes e sois fort et ardi. »
« Adonque me signa, e larmoier le vi.

DCXXXIX[1]

« Cil jor de l’apostoille et d’Orvi me sevrai
14865« E pris la penitançe teil cun je te dirai.
« En mi lou d’une stree tot nus me despoulai,
« Ma cote e mon sorcot a un pobre donai,
« Pués m’enclinai a tere, a Deu me comandai,
« A guise d’animaus con piez e mans alai,

    — 14843 heremite il a cẽt emnosi — 14844 mõtre fi — 14845 qe le lui f. — 14850 telui, la f. — 14851 tot peti — 14854 troua — 14855 E trest tot mi p. Corriger : Toz nuz piez et en langes ? — 14856 mat c. b. — 14857 merueille — 14862 foit

  1. — 14864 saurai — 14866 desplulai — 14867 sor tot aun pobre droi — 14868 a d. recomãdai — 14869 copicz e manz a.