Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E vos proi, qant de vos ferai desevroison,
« Que me remembriés, sire, en le vos oreison,
« Car ja nos dit l’Apostre en une sa liçon
14795« Qui por autrui feit bien en a bon geardon. »

DCXXXVI[1]

Aprés a dit Rolant : « Dites moi, bon hermite,
« E don fostes vos nés ? La parole subite
« Vos enchuse de Rome, ou sainte Eglixe habite. »
Lo prodome respond : « La verité en ais dite.
14800« Dejoste Pré Noiron est ma maisons escrite :
« Fil sui a un riche quens, et, se il t’adelite
« De savoir por qoi sui en maison si contrite
« E por qoi je ai feite a faiz ma vie aflite,
« Entand e met en ovre, se avrais gran merite,
14805« Car le queison de l’ovre non est mie petite.

DCXXXVII[2]

« Garde toi, biaus ami, de pechié criminaus,
« Car cil qi tu vois ci en fist troi si cruaus
« Que seulemant le dir e l’oïr est mortaus ;
« Mais por plus vergognier çelui q’a feit le maus,
14810« En non de penetançe les dirai tot engaus,
« Tot ce qe les disise a l’ermite Soibaus
« Que je trovai ceans, qi prest ert naturaus.
« Ai ! frer, je fui de Rome, fiuz li quens Anibaus :
« N’avoit baron en Rome de plus saje consaus.

    — 14793 ereison — 14794 uos

  1. — 14798 V. encluise — 14799 Peut-être faut-il corriger : la verté en ais dite — 14800 p̃ miron ; manque est — 14805 C. le q. leu houre
  2. — 14808 Q. se uelemãt — 14809 uergoier ç. qa feie — 14811 T. ce qeu, sor luus — 14812 maturans.