Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ancor bondist le corn, s’a feit torner les siens.
Gundelbuef le Frixons les garde e conuit biens
8470Che malvase oferande lor portent a lor mens.
A Gaenelons le conte envoia Gallïens,
164 bSe tost ne les secort qu’encui seront au mens.
Dont broce Gondelbuef, irez come serpens :
Tel quatre mil en meine qu’uns ne fu tars ni lens.

CCCLXII[1]

8475Gaenes vient a l’estorme, nun s’aseiure gaire ;
A .xm. de ses homes vient Saracins forfaire,
Et a bailé s’ansaigne a son cosins Machaire.
Cristïens feit torner, qi sunt mis al repaire.
« Arier » feit il, « tornez, franche, gient de bon aire ;
8480« Ne füez de bataile por crïer ne por braire ;
« Pis de cestor feromes, par le cor sant Elaire,
« Que la gient Alexandre ne fist de cele Daire. »
Lors a brocé li cont desor son destrer vaire ;
De jostrer feit senblant envers il aversaire.
8485Mais nus ne s’en desflote, ans funt li arcers traire.
Cristïens covristrent des escuz lor visaire,
Streitemant se contienent, ja lor presse n’esclaire.
Synador en jura Mahomet, son Deu paire :
« Geroier d’arceors a çascuns puet desplaire ».
8490Adunc feit li arcer trestut a une part traire.
Or avront biaus leisir cels qi le voldrunt faire
D’esagier lor proeces avant q’il s’en repaire.

    — 8469 le firiẽs — 8470 maluase ofemute — 8472 serãt — 8474 en meina cais inlõs

  1. — 8475 Saenes — 8484 auersare — 8486 conustrẽt — 8487 contient.