Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quant verent li glotons drechier vers aus les fers,
Si brochent tut ensanble orgueillos et espers.
14580Aqilant fiert le prime, ne fist plus longe vers :
Se le splié non pechast, ja non veïst envers ;
Mas la lance li brixe ; en pués li dui culvers
Le firent, l’un devant e l’autre de travers :
Cil qu’ou flans le feri li fausa si l’oubers
14585Que le cuer li trencha ; mort l’abat tot envers ;
Li angle en ont portee l’arme en sant aubers.
Qant Rolant l’a veü, tot devint paile e pers.

DCXXVI[1]

Dolent sunt li barons por la mort Aquilant.
Uns des trois robeors ala ferir Rolant ;
14590De celui fu vangié le convers maintenant :
Por mi le gros dous cors i mist le fer trenchant,
Si tost l’abati mort qe il non vi comant.
Le fil au roi de Perse fist pués jostre avenant
Sor le segont glotons qi venoit a pongant :
14595Tot le fer de son gleve i mis ou piz devant.
281 aQant ensi voit le terç, si s’an torne fuant ;
Mais Huon li escrie : « Ja non irés a tant. »
Le destrer esperone, si q’il le fi sanglant ;
Sa lance gite a tere et a treit nus le brant ;
14600Dedens le bois se mis, le felon enchaucant.
Le Saracin guenchi lez un’ aigue bruant ;
Merci voloit crïer, e cil l’in fi presant,
Che le teste le trenche o tot l’eaume luisant.
Pués dit : « Outre ! gloton, qu’a Maufé vos comant.
14605« Tel home mort avés qi de vos valoit cant ;
« Diables ait vos arme en son fou plus ardant. »

    — 14581 Je ne sais comment corriger le second hémistiche — 14584 C. quoie f. — 14585 le cors, labate — 14586 eli s. a.

  1. — 14591 trochãt — 14592 Si t. le baci — 14593 Le f. roi de prose — 14596 le trẽçer, tornet f. — 14597 M. hu hon — 14603 orot luichaume l. — 14604 maufer — 14605 uois uoloit c.