Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14495En mi leu traversé par un chemin batu.
Ech vos troi Seraçin, cescuns bien fervestu,
Si avoit cescun d’aus corant cheval crenu :
Cist furent robeor q’avoient combatu
La maison d’un prodome, voir qe Seraçins fu ;
14500Rober le voloient, s’erent quarante du.
Le prodome s’estoit si tres bien defendu,
E il e si sergiant q’il avoit avec lu,
Qu’il n’avoit li vint mort e les .xvii. pendu.
Cil troi s’en sunt fuïs, qi mout sunt irescu,
14505Qui vont jurant le ciel, la tere e mer fondu,
S’il trovassent Machon, Apolin e Chaü,
Si li cunvenra il estre dou lor tolu,
E se nul s’en ofant, mort ert e confondu.

DCXXII[1]

Rolant oï parler e fresteler ou bois ;
14510279 bQuida qe ce fuscent païsans Espanois
Qui trencescent le ful ; or apelle li trois :
« Un petit m’atendés, frans chevalers adrois.
« J’oï la ens parler chevaler o borgois ;
« Savoir irai q’il sunt, o Paien ou Franchois,
14515« De qeil païs il soient : ja mar an douterois. »
Lor livra son escu e son espié Turquois
E son hiaume ausint a quens Hue de Blois,
Puis broche le destrer de esperons d’orfrois.
Il ne fu mie avant le tret d’un arch Greçois,
14520Qu’il li troi encontra, a l’ensue d’un bois.
Le uns parloit d’Espagne, e l’autre, Aragonois :
Tot ce q’il non fussent creant en sainte Crois,
Joians fu d’aus parler le duch, bien le sachois.

    — 14495 Emi l. i trauerse une c. b. — 14496 Euch — 14497 chenu — 14502 segiant, auelu — 14503 Quil na li u. — 14507 Sili cũ uentail — 14508 Esenul sen fant

  1. — 14512 Un p. mafedes frãs che ies adoris — 14513 Loulaens p. — 14514 eu franchois — 14521 arogonois — 14522 Tor, scẽ c.