Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

D’argiant en lor monieres aporterent asés.
« Estormant », dit Rolant, « a Diés vos en alés.
— Sire », ce dit Brecer, « trestuit qatre soiés
14420« A celu Sir rendus qi en crois fu penés,
« Qu’il vos lais bien aler la ou vos desirés. »
Atant a dit Rolant : « Segnor, o mei venés ;
« Je sai bien ou je sui venus et arivés.
« Nen aiés nus regart d’ome dou siegle nés ;
14425« Se nule jent trovons, a moi parler leisés. »
Adonqe sont le troi trestut reconfortés ;
Rolant s’est mis avant, e cil s’en vont aprés.

DCXVII[1]

Ore s’en vont li qatre, e le nef est remise :
A ces deus compagnies outroit Diés garantixe !
14430Rolant avec li troi, con l’istorie divise,
Entrel bos e la mer ont lor voie porprise,
Tant q’il ariverent a une roche bixe :
278 aNe la pusent poier por tot le honor de Pise.
Il ont la mer gerpie et autre voie aprise :
14435Dejostre un grant derube qi desant de falixe
Coustoient la foreste, e por le estrange guise
Ja n’i a un des trois qi le sang non fermixe :
Tel i a qi vousist estre droitemant a Venixe,
Tel en Yerusalem, tel en tere Persise.
14440Mout doutent male gient qe non les assalixe ;
Mais Rolant non avoit d’autre rien covotixe.

    — 14417 lor mõ ueres — 14418 Hestormãt — 14419 S. cesdit — 14420 en trois

  1. — 14430 R. aueo, cõliflorie d. — 14431 porp̃se — 14432 Tint qil arieuerẽt — 14434 apuse — 14436 e poile e. g. — 14437 Iamai hõ de strois — 14438 qil u.