Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/240

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14390« Tel est ardiz an tere qi an mer s’oumelie.
— Voir dites », feit Sansons, « por Diex, li fiuz Marie. »
Aqilant le convers au mariner escrie :
« Car nos met a la tere ; fous est qi plus detrie.
« Ja savons les langajes de Spagne le garnie ;
14395« Se Carles en Espagne ert ou la baronie,
« Bien le savrons trover, demandant la contrie ;
« Le langaje Espanois nos fera grant ahie.
« Pués a ci troi barons de tel qevalerie
« Qui me font conforter en cescune partie.
14400— Ni vos », ce dit Huon, « n’ameis pas coardie. »
Adonqe l’estormant a la tere les guie.

DCXVI[1]

A terre les out mis, qant voit q’il ne puet més ;
Lor qevaus en trarent, q’asés sont travailés.
Il n’i a nul des qatres qi n’ait son cors armés.
14405Rolant, qant fu a tere, si li feri dou pés,
Dont l’estormant sorrit, larmoiant de pietés.
277 b« Sire », dist il, « or dites, qel part vos an irés ?
« Ces drais e ces hernois, con les en porterés ?
— Por ma foi », dit li dus, « ancois les retenrés.
14410« Un tel servis orandroit feit m’avés
« Qui non poroit jamais estre geardonés. »
Rolant monte a qeval, qant le voit enselés ;
Son escu a son col, prant l’espié amolés ;
Ausi ferent les autres, de bon coraje heités.
14415Aquilant e Sanson ont lor ars entoisés
E ont plens de sajete li carchois d’autre lés ;

    — 14390 Telẽ a. — 14391 li fuz m. — 14393 mete a la t. fout ẽ qi p. deterre — 14394 les lani aies — 14396 sauõs — 14398 Pus, de tele (le gratté) qeuelerie — 14400 hu hõ — 14401 e la tere

  1. — 14407 q. p. uan ires — 14408 C. diais — 14409 a. les leteres — 14412 uoie e. — 14413 efon col piant — 14414 hertes — 14416 Cont ples, carchos.