Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/239

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Amis », ce dit Rolant, « or m’acovient parler :
« Un pué sui saolés d’oubeïr mariner.
14365« De ce qe m’ais servis de fi ci an arer,
« Je t’an merci, tout ce qe n’avras bon loer.
« Mais se tu me veus bien de tot acontenter,
« Con tu plu tost te puisses a la tere ajoster,
« Je t’an pri e conjur por l’arme de ton per,
14370« Se tu me mets a terre e moi e mon destrer,
« Je te lés tot l’arnois e l’argiant e l’or mer
« Qui sont en nostre nef, se Diex me puist eider.

DCXV[1]

— Mon sir », dit le estormant, « por Diés, ne dites mie.
« Se vos metisse a tere en icele partie
14375« Ou n’i a qe Paien, ce seroit gran folie :
« Se quatre mil fusés, s’i perdrïés la vie.
« Non veés vos li poi e li bois d’Aumarie ?
— Amis », ce dit Rolant, « se Diés te benoïe,
« Fa moi ce qe te proi, e ferais cortesie.
14380« Que caut nus, se je fais o sens o estoutie ?
« Je sui trop saolés de dormir en galie,
« A poine qe la mer ait mais sor moi bailie,
277 a« Qe, qant est aïree, proiere que l’en die
« Li ne vaut ni menace, ja ne doute une lie ;
14385« Ci ne vaut ardimant ni forçe ni meistrie.
« Mais se je sui a tere cun ceste compagnie,
« Sor nos qevaus armés, je croi cescuns se fie
« De combatre un Paien, se rien li contrelie,
« Cent argomant i a in tere de notre garantie :

    — 14365 de si ci — 14366 Que tã m., qe riauras — 14368 te puis — 14369 en cõui — 14370 mem et — 14371 e lagiant

  1. — 14374 eintel p. — 14375 qe peine — 14376 si perdi ies lauie — 14377 N. ueos — 14378 A. cet dit — 14379 qe traproi — 14380 o estõcie — 14384 Lineuaut li m., douce — 14389 garãcie