Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E si font grant pechié nul qi vos endoutrin.
« Vos ne nos leisés, fil, plus bon de vostre lin.
14260« Se vestre piere vient ou dereans termin,
« Qui retenra le reigne de Perse et son demin ?
« Le roi de Babiloine le avra en son saisin.
« Au niés au roi de Rome je ce proi et enclin :
« Se Diex te ramain onque devant le fil Pepin,
14265« No me fere morir por ensi feit engin.
« Lase moi mon enfant e prant son pois d’or fin. »
A ce qe Rolant veult respondre : « E tu le tin »,
Dit Sanses : « Mere douz, changié vestre latin,
« Que, por cil Sir por qi ai garpis Apollin,
14270« Se vos ne m’otroiés l’aler de cist kemin,
« Devant vos m’oncirai a cotel acerin.
« Ancor est il mon per joune, e vos aisin ;
« Deportés vos ensanble au soir et au matin,
« Fetes amosne grant, chanter messe e matin,
14275« A ce qe fil vos dont le maigne Roi divin.

DCIX[1]

« Mere », ce dit Sanson, « n’aiés nulle doutançe,
« Mais leisiés moi aler veoir les giens de Françe
« Por aprandre proueçe e largeçe e siançe ;
275 a« Plus tost me reverés q’il n’est vestre creançe.
14280« Anseïs, vostre jendre, qi asés a pusançe,
« Vos sera fiuz e jendre, loial escu e lançe.
« Vestre beneïçon veul a la desoivrançe.
— Dame », ce dit Soldan, « qant pur li atalançe,
« Donés li vestre grace, e la moie comançe. »
14285Le per, la mer, la suer, cescuns a lui s’avançe.

    — 14260 De u. p. ment — 14261 Q. rentenra — 14262 Le toi — 14269 g. au pollin — 14270 keimin — 14271 mõ tirai

  1. — 14276 Merce ce d. s. naimes nulles d. — 14277 gies de f. — 14278 P. apiãte — 14282 V. b. neul ala de soi uertançe — 14283 soldaz — 14285 seuãçe