Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXCVI[1]

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
270 aLa nuet sont a deport li dui pareil jeü.
Tost furent d’un amor ensanble revestu :
Cescuns autre desir qu’il eüsent ehu,
13995L’uns d’om, l’autre de fame, sunt au matin perdu.
Un amor, un voloir furent pués anbedu
E menerent teil vie qi molt pleisi Jexu.
Quant lo jor esclari, ou palés sunt venu
Soldan e son enfant et dan Roland lor dru,
14000Marcel le patriarch et Ugues le menbru.
Li prençes de Sorie e li quens e li du
Lor bon roi Anseïs ont entr’ eus receü :
E li e sa moiler amerent anbedu.
La sainte messe oïrent, qe chantee lor fu ;
14005Pués montent bacheler sor ces destrer crenu,
Qui ont por la cité boordés e ronpu ;
S’il i fu menestrer, si l’ont bien proveü.
Gariç ert Aquilant, q’avoit estés feru ;
Hue, le sir de Blois, l’en amaine aveq lu,
14010Si l’a feit batiçer ; le non n’i ont tolu.
Pués le dit : « Biau ami, alons devant celu
270 b« Por qoi je ai passés deca le mer fondu ;
« Por lui ai refusee corone de or molu.
« Quan il avra de vos le gran bien entendu,
14015« Le sens e la proece e les autres vertu,

  1. — 13992 Lanuer. Avec ce vers nous tombons à la fin du récit des noces d’Anseïs de Blois et de la belle Dionés, fille du roi Perse, et nous sommes à Jérusalem. Malquidant a été battu et tué, et Anseïs a été couronné roi à sa place. — 13993 en sable r. — 13995 Lons dou, auinatin p. — 13996 Un a. uti u. — 13997 Quat lo i. esclarijo uples — 13998 da r. — 13999 Margel ; cf. 14030 — 14002 entres r. — 14004 oir qe chant elor fu — 14005 dester c. — 14007 menescier — 14009 Huc lessir de b. lenamange — 14010 le nõ inant colu — 14011 auont deuãt c. — 14012 de calamer f. — 14015 Les ens ela proete.