Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chant asés ont Rolant et Sanson acolé,
Si sunt a molt grant joie dedans Monmir entré ;
De dames, de poncele, d’infans de josne aé
13805Furent tuit li baucons garni et incarçé.
En mi leu d’une place, o il sunt arivé,
Desandi eramant le Karlemaigne né ;
En ses bras prant Sanson, si le a desmonté,
Pué le mis tot avant au poier d’uns degré.
13810Chant il sunt au palés un petit répousé,
Si sun allez super, chant il furent lavé.

DLXXXVIII[1]

Aprés qu’il ont mangié, si fait bandir Rolant
Le soir avant choucer qe, a l’aube aparant,
Trestuit li civaler de le citez manant
13815Fusent aparilés d’armes et d’auferant
A seguir les ensaigne au rice roi Soudant,
Que tuit les velt veoir an un prés verdoiant.
Trestuit les gentils ome en firent joie grant ;
Le soir et tote nuit travailent li sergant,
13820D’armes et d’entresaigne funt grant aprestement.
La nuit, an une chanbre a fin or flanboiant,
Dormirent en dos lit li fils Mille e l’infant ;
Chan le jor aparuit, si se arment atant,
Fun soner sor la tor plus de dis olifant,
13825Pué montent a civals tuit comunablemant ;
An un prés sunt insus a miler et a zant :
Iluec fu esleü li foibles dou valant.
Chant Rolant i trovoit un rice ome d’arzant
Que fust foibles de cors et trop viels et ferant,
13830Il non le voloit mie en son asenblemant,

    — 13808 E s. b., les a d. — 13809 P. lenus — 13811 aillez

  1. — 13812 bõdir — 13816 Et s. — 13826 Anun pris s. i. ameler — 13827 foubles — 13828 rices.