Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et non anoie mie a lui sovent aller
In chanbre a le roïne e a sa fille perler
13725Et mostrer ses paroles si cun por donoier ;
Sovant fait la poncele por amor suspirer
Et perdre la perole et le coulor müer.
In le cief dou terz mois, dos paisant pautoner,
Que sunt allés l’afaire Malquidant espïer,
13730Retornerent a Mech au roi Soudan noncier
Que ses nemis mortels fasoient invoier
De totes part lor home. Lor fait Soudan mander
Mantenant por Rolant, que a il vegne parler.

DLXXXIV[1]

Rolant et li barons que plus sage furent
13735Au roi vont cunsiler, que lor a dit coment
266 aMalquidant s’apareille molt esforceement.
« Cunsilés moi, segnor, que molt sui in atent ;
« Nos sumes invers lui de pusance nïent.
« A cist point me devés motrer votre eschïent,
13740« Le valor, la proesche et l’aut entendiment
« In savoir cunsiler li notre esaucement
« Et de nos anemi mort et mals et torment. »
Li prince esbaï sunt, l’uns l’autre garderent.
Et chant Rolant percuit le loing atardement
13745Que firent an respondre cil qe luec estoient
Et voit lor sir de ce aïrer durement,
Si comence a parler tot primerainement :
« Segnor, vos que savés cunbien avés de gent
« Devrïez bien conotre par vos esgardement

    — 13723 ailer — 13724 aile r. &. — 13725 Et mostrers, ausi c. — 13727 Et perdres les peroles — 13729 ailles les a. — 13730 soudaz — 13732 soudaz m̃d er

  1. — 13737 fui in a. — 13739 em manque. — 13740 proesches — 13743 sunt esbai, gardent — 13746 airers d. — 13747 primeriment — 13748 faues — 13749 Deurez.