Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DLXXXII[1]

Hor puet le duc Rolant deporter et joïr :
Armes, civaus et dras ot bien a sun plesir.
« Sire », ce dit Sanson, « hor avrez quoi ofrir. —
13700— Voir », ce dit le baron, « tart me senble al merir. »
Ensi furent insenble andos a grant loisir ;
Le uns non velt sens l’autre manjüer ni dormir,
A luns riens n’adelite que l’autres s’en aïr.
Rolant aprant sovant le valet d’eschrimir,
13705Et legier et sailant le ha fait devenir.
Aprant li chun il doit honorer et servir
Li pobres civaler et voluntiers oïr,
Et largement doner sens grant proiere dir.
« Amis », ce dit Rolant, « se tu veus esanplir
13710« Chun is plus gentils home, garde toi de mentir,
« Et non inpromet zouse qe tu non vois balir,
« Char ce est une teche qe molt fait repantir
« Les bons de si fait home honorer ne seguir.
« Se tu soz mes peroles te savras bien covrir,
13715« A ton preus m’as veüz en ces regne venir. »

DLXXXIII[2]

Molt se paine Rolant dou valet amender,
Ne il n’estoit pas lent a oïr et nouter.
Le duc por mi ces rue fait quintaine fermer :
265 bLe fils des gentils home et de plus rices per
13720Li fait de jorn in jorn pezier et baorder
Et manjüer insanble et despandre et doner ;
Chun plus entr’ eus habite, mens li poit anuier.

  1. — 13697 Ilor — 13699 hofrir — 13700 tart ine s. — 13702 mãiuere — 13703 Aluns na delite r. — 13705 les ha — 13706 Haprant, honorers — 13707 hoir — 13710 gart toi
  2. — 13717 haoir et neuter — 13720 des i. in i. pezieis et baroder.