Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

13610Furent ler garnimant as dos barons porté ;
263 bDe part le roi les ait li Païens presanté,
Pué li dit le mesage que li ot inchargé.
Chant Rolant l’ot oï, si en fu strapensé.
« Sire », ce dit Sanson, qui en a ris asé,
13615« Jelusie de sa fille a mon peres navré.
— De ce », respont Rolant, « non soit il esfraé,
« Ne d’ele ne de nulle, tant i ait grant beauté.
« Et sacés une riens, et si voil quel monté :
« Hom que de tel delit seroit trop intazé,
13620« Le cris d’onor doit estre de li molt eslunzé.
« Qui de sun bons segnor panse desloiauté,
« Diables li governe tant qu’il ert perilé.
— Hai ! sir », dit le valet, « ne vos en coruzé :
« Ce fu por gaberie et par douz amisté.
13625— Certes », respont le duc, « que je le croi asé. »
De le maison trover bien estoit afermé ;
A iceste paroles sunt vestuz et chaucé.
Atant evos Soudan o maint de sun berné,
Ensenble a lui les hot au grant tenple mené ;
13630Iluec hont Saracins Maomet festoié.
Tres en mi leu dou tenple s’est Rolant jenoilé ;
En sun cuer reclama le Rois de maïsté.
« Precios Sir », dist il, « vos souiés mercïé
« De si grant honor chun vos m’avez apresté,
13635264 a« Que il non m’avint pas de le moie bonté,
« Mais, Sir, de votre grace, glorios sire Dé.
« Senpre vos soit mon oncle le roi recomandé,
« Oliver et Estous et le noubles berné
« Que sunt par mon amor in Espaigne lojé :
13640« Non soufrés qu’il soient de Païn domajé.
« Et, se il est honors de vostres Deïté,

    — 13611 le ait (égratignure entre les deux mots) — 13613 lot hoi si fu s. — 13614 hase — 13617 tant pait — 13618 que le n. — 13619 Home — 13625 Cert — 13627 A ceste p. — 13632 reclaime — 13633 merce — 13634 chuz — 13635 Quil — 13637 comãde.