Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

13500Tuit li baron disent a une aüzee :
« Ensi soit, sire ; mort soit qui le devee. »
Rolant l’oï ; le colors a douplee ;
De si grant grace a molt remerzïee
L’aute Vertu qui li avoit donee.

DLXXV[1]

13505Le franch duc panse a guise de preudon.
« Que faites vos ? » ce li a dit Sanson.
« A quoi baés ? allés prendre le don.
« Mon pere e moi bien vos i mantiron. »
Adonc s’est mis Rolant a geneillon ;
13510Voiant trestuit, a dit fiere raison :
« Sire, je sui a fer tot votre bon.
261 b« Par tiel cunvant recevrai le baston
« Que senz engins et senz penser felon
« Metrai in obre ma pobre cuisençon
13515« A sostenir in ceste grant region
« Le vetre honor et dou voutre roion,
« In mals e in mort et in destrucion
« De Malquidant et de cant que a lui son. »
Lor prant la verge cun grant devocion.
13520Soudans l’endrece amont par le menton.
« Lieve », dist il ; « que l’autisme Mahon
« A governer bien ma tere toi don. »

DLXXVI[2]

Ci defeni le consoil l’Aumasor ;
De le chanbre insent li grant et li menor.

    — 13503 remerzee — 13504 Laute vertun

  1. — 13507 ailles p. — 13510 Noiant — 13511 afere t. — 13514 cumencon — 13517 & in mort — 13522 A gouerners.