Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DLXXIII[1]

In le respondre Rolant non atart gaire ;
En estant lieve, dont fist les autre taire.
De joie grant li rougist son visaire,
13445E dist : « Grant grace en ait le Sume Paire
« Et Mahomet et tuit ses santuaire,
« Chant un mon per daigne a tant d’enor traire.
« Pué en merci mon segnor le roi Daire
« Et les barons que bien feir non contraire ;
13450« Mais non acunvient a home de si zative aire
« Choment je sui, a prendre tels doaire
« Chant il i avroit honor un grant Cesaire.
« Se j’ai oncis ancué sun aversaire,
« Ce fu Justise quel moi cunsanti faire.
13455« Il n’a si foibles borgois, tant cun clut l’aire,
« Non l’aüst mort, se raison non desquaire.
« Se non faisise servis o çouse maire,
« Ja non prendroie la fille un sun vicaire.
« Non doit vilain porter pellice vaire,
13460« E a gentil dame doit païsans desplaire.
« Par moi le di, que conois mon afaire :
« Non voil voler sor si haut abitaire
260 b« Que, au devaler, li saiges de gramaire
« En lor escrit moi faicent rementaire,
13465« Ensi cun fist Dedailus et Ychaire. »
Atant s’asist les le duc de Samaire.

DLXXIV[2]

Bien a Soudain la perole eschoutee,
E les baron l’unt ausi bien notee.

  1. — 13447 tãt õden t. — 13451 t. daire — 13453 honcis hancue s. auersure — 13455 tãt ꝯcũclut laire — 13457 ho — 13460 Et — 13462 N. uoi u.