Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Navrais fortece que je non face aflire,
« Ne aut barons, s’il veul de mort garire,
« Ne toi choveigne refuser de servire.
« Se non te vais tot vis a infuïre,
13250« A mes dos main, ce non te poit falire,
« Prendrai venjance sor toi de mon martire
« Tant croie et fiere que je ferai fremire
« De paor zel que soul l’oiront deschrire.
« Ne t’estuet mie ne jor ne nuit dormire :
13255« Je toi desfi, plus non te voit geïre. »
256 aDe grant doutance le roi Soldain sospire ;
Paor i fist le respondre taisire,
Char bien conuit cil estoit si grant sire
Que bien poroit la promise fornire.

DLXV[1]

13260Con ces parole rois Malquidant depart ;
Il vint au port, si entre an uns chanart.
Par sun chier niés de duel li cors li art.
Un braz de mer paserent d’autre part,
Pué civaucent por mi le grant desart,
13265Pasent li poi et les vaus de Guimart,
E chant il fu dedens la grant Baudart,
Pellias enfuïrent a uns grant temple de Mart ;
Pué fait eschrire et ses brief et ses zart,
Les Turs invoie d’outre Mont Melliart,
13270Li Blach, li Ros, les Nors, les Acoppart.
De soi vengier molt i resenble tart ;
256 bSe ce non fait, molt s’en tinra musart.
Plus orguelous jamais non fu Girart
Chant a Paris ficha sun estendart

    — 13249 huis auifuire — 13254 Nestoit une ior enuit d. — 13256 sospice — 13258 comuit

  1. — 13267 auers t. de m. — 13270 Hacoppart — 13273 De plus o., girat.