Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Respont li duch : « Non ferai, mon signor.
8305« Ne m’entremet de jent alienor,
« Fors de la moe, dunt je sui senator,
« De qui m’a feit lo pape condutor.
« De mes cités donase la meilor
« E je n’aüse receü desonor
8310159 b« Cun vestre jent enver la Pagenor.
« En tot ma vie, por Deus le criator,
« De l’autrui jent non serai bailior,
« Dunt mi reprande home de moi grignor. »
De ces paroles oit li roi grant iror.
8315« Rolant », feit il, « trop estes plain d’ardor,
« Tiel cum vos fustes senpre vos trov ancor.
« Mais, por la foi che doi au Salvator,
« De la bataile anchoi navrés l’onor.
« Je vos comant e tuit vos seguior
8320« Qu’aprés ma ensagne soie vestre demor
« En la bataile derere, qui ch’ en plor. »
Oger apelle : « Vos e lui e cestor
« Porteç ma ensegne por delés cil aubor.
« De ma masnee prenés mil des milor
8325« E la compagne dan Rolant li contor. »
Cels le firent, ne fu contredisor.
« Rois », dist Hestous, « chi s’en tagne a peior,
« Grant dons me feites, ne le vos quier grignor. »

CCCLV[1]

Ojer li duch, Oliver e Rolant
8330A une part s’en sunt treit belemant.
Le roi apelle Gondelbof : « Vin avant.
« Istrois des lices tot primirainemant :
« La prime renge, li prim honor vos rant.

    — 8309 de segnor — 8324 dil milor — 8328 grigor

  1. — 8330 trehit — 8333 li primi h.