Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8275S’il le poüst sofrir a remirer,
Ch’il n’escriast : « Je me voil batailer. »
Quant fu montés nostre frans imperer,
Un baston tient, ne sanble pas bergier,
Mai plu rubestre et ardiç d’un çengler.
8280Sa oriaflanbe comande a desploier,
Pois la encharje au bon Denois Oger,
Che ne seit mieus ou la puist anploier.
Le duch la prent asés mal volunter,
Car il estoit sor autre desirer.
8285A tant ech vos poniant li doçe per ;
Devant li roi se vunt a presenter.
Estous de Langre s’escria tot primer :
159 a« A nom Diés, roi, por quoi cist travailer ?
« Ja vos ferunt Seracins anvoier
8290« Che vos alez a la ville auberger.
« Se nel creés, il n’unt ja feit dricer
« Desor la tor une ensagne a quarter
« Che vestre niés lor fist ier soir mander :
« Vestre est la tere sens autre chalonger. »
8295Rolant l’oï, si prist a enbroncher ;
En soriant prant le chief a croler.
Le roi le garde, si n’a cigné Gauter,
Car voit li duch de ce mout abraser.

CCCLIV[1]

Nostre enperer fu pres la orieflor ;
8300Les jantil homes i furent tuit antor.
Rolant apelle dousemant por amor :
« Prenés, biaus niés, cist baston frasenor,
« Sevrés les renges des grans e des menor. »

    — 8276 nescristiast — 8282 la poust — 8285 Atant che uos — 8292 un esagne — 8298 C. bien voit de ce m. li d. a.

  1. — 8303 des grans menor.