Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« S’au roi, tun uncle, promis sa file el pere,
12690« Necessités, cun je entant, li fist fere.
245 b« Se a li non ploit, el non ha per ni mere,
« Selong les lois de hoi et de chi arere,
« Juger l’en poise, s’elle n’est cunsentere.
« Se ma peroule vous par orgoil desfere,
12695« Au cief dou tour, se raison n’est triçere,
« En cunvendras estre porteiz en bere,
« Car de tot les vertuz est droiture banere. »

DXLVII[1]

Dist l’Arabis : « Par mon Dé Trevigant,
« En cels peroules ne en si fait demant
12700« Non soi mist unques nul fils de mercheant.
« Sois qui vous estre, que je d’or in avant
« Voil que tu sentes de mon contenimant :
« Je toi desfi cumme mon malvoillant.
« A cist esplé mostreray toy choumant
12705« En mon païs sunt les lois aprendant.
« Dunc n’i a al. — Ensi soit », dist Roullant.
« Se ancor ancué ne toi faiz rechreant,
« Tout les vertuz Mahons non pris un gant. »
Dist le Païns : « Et je toi ensemant.
12710« Trou avons fait enci long parlemant ;
« De toi prant garde, plus ne toi di avant. »
Lor tornerent li destrers maintenant,
Pué brocerent a un sons d’un olifant.
L’entrevenir fu d’un si grief semblant
12715Paor en unt qui les vait remirant.

    — 12689 el pẽre — 12690 n. sicun icentant — 12691 elle — 12693 Iuyers — 12696 berre

  1. — 12701 que ihe — 12703 mals uoillant — 12704 m. tohy c. — 12705 les lohis a. — 12706 Dun uia ail, e. s. distrẽt r. — 12708 Toure — 12709 D. pains & hie — 12710 lomg p. — 12712 himain tenãt — 12714 seinblant — 12715 huait remirrant.