Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Bien avroit fait cun fous et asoutis
12665« Chant ansi soul venist en ces paÿs. »
Dist le Païns : « Ce m’a bien entreprys ;
« Rolant est saige, amés et encherys,
« Et non cevauche, ensi cun je ay oÿs,
« Sens vint mil homes a civals bien asis.
12670« Mais de faiture, de voirs le vos plevys,
« Le niés Karlons de cestui non devis. »
Respont Sanson : « Tu non sois que tu dis ;
« Tes piers ont ja maint preudome ontis.
« Jentils sir peres, non soieiz esbaïs :
12675« Se fust Diable que aidier nos venis,
« Si seruns nos tenuz al suen servis. »

DXLVI[1]

Se la fusez soz Mech, en la praiere,
Lez la marine, par sillong la rivere,
La veïsez gant de mainte manere.
12680Rois Malquidant fait sa gent trer arere ;
D’anbedos pars i avoit mout grant eschere.
Le niés Karlun a retornee la chiere
Vers Pelliais et dist peroules fiere.
« Vasals », feit il, « avant que je te fere,
12685« Je bien voudroie, se vausist ma proiere,
« Que tu aüses plus que n’ais rason çiere.
« A l’inforcer n’est pas zouse ligiere ;
« Tu pois raison de ta memoire trere.

    — 12664 B. auidit f. c. fohus & hasoutis — 12665 C. ausi soullet u. hences parys — 12666 biens hentrherrhys — 12667 haunes & encherthys — 12668 hie hay hoys — 12670 pleuhuys — 12671 Le n. da cestui nõn karlons deyhuis — 12672 R. s. htu — 12673 hia manit — 12674 I. sire p. n. sou hieiz hesbais — 12675 aidiers n. huenis — 12676 teinuz aille

  1. — 12677 en la prai — 12678 riuerre — 12679 de maint (blanc) — 12681 par iailoit — 12683 per roulles f. — 12684 hauant — 12687 zousses ligiehre — 12688 memoires t.