Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le dus s’an rit ; le cheval se deslace ;
Par le estriés monte le ber, qi q’en desplace ;
Plus ne le doute com le soulau le glace.
Dionés le garde, ne fait rien ne li place ;
12610E dist ou pere : « Ne veul que meilor face
« Por moi bataile de cestui qe l’ambrace. »

DXLV[1]

Or sunt armei cels chevalers de pris.
Le duc Rolant seoit sor l’Arabis :
Jameis ne l’oit meilor, for Velaintis.
12615In feir son tour s’est ariere guenchis.
Dionés, la belle plus qe rose ne lis,
Li apresante un fort eschu bronis :
Tut anviron fu alistei d’orfris,
De buons safirs luisans com fou apris ;
12620Le son leucher fu d’olifant treitis ;
Le cuer fu fort, non mie de berbis,
Mais d’un viel cers qi in chace fu pris ;
Grant oit la borcle d’un cristal esclaris :
Mahon i avoit, sor un trecel asis,
12625Con il prediche le pueple a son escris.
Par mi la guinche le a le duch seisis,
Garde l’imaje, s’an gita un bais ris,
244 bUn mot a dit planemant, en secris :
« Por qoi ci n’estes, Hestou, biaus dus amis,
12630« Aveqe vous Oliver le marchis,
« E ne fusés coneüs ni reqis ?
« Car huei avroie un jor de Paradis. »
Soldan regarde, de un espié l’enqis ;

    — 12606 rit che ual — 12608 soultã — 12609 fait nẽ ne li p.

  1. — 12613 Le d. r. sedit — 12615 In feit — 12618 T. an uiro — 12619 De b. sa fris l. c. forapris — 12620 De son leucher — 12622 M. duz u. cors — 12623 borche — 12629 ami — 12633 Soldaz.