Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/173

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Une pulcelle touche de sa man destre ;
12580Cele i aporte une riche sorveste :
Coverte estoit de serpentine teste,
Et ert cescune ovree si par bon mestre
Qant vent i fiert, l’une vers l’autre breste.
La damoisele dist au duc q’il la veste ;
12585E il si fist maintenant, senz areste.
Dou trief issi, et le escüers l’apreste
Le bon destrer qi mout fu de grant estre,
Covert de paile d’un chier color celestre :
A aigles d’or estoit portreit a destre
12590E a grifons parfilei a senestre.
Les aubes furent d’une olifante beste
E frans e estriers d’un chier or de Tolestre.
Le destrer breit come lion campestre ;
Cil qi l’amaine n’avoit tant de poueste
12595Que il poüst rafraner sa robeste.
Mout li guencirent cele pulcelle jeste :
Plus le redoutent qe careau d’arballestre.

DXLIV[1]

Le buen cheval montent an mi la place ;
Plus estoit fiers de lion qi porcace.
12600Soldan regarde Rolant en mie la face.
« Lionés », dist il, « cist cheval vient de Trace ;
« Quil m’anvoia non fist samblant q’il me ace,
« Car Bocifal, qi fu o tans Candace,
« Nel sorpoiast de bontei une mace.
12605244 a« Se le seis chevaucher, an lui non sai falace. »

    — 12579 U. pullcele — 12581 Couert — 12584 disti, qi la v. — 12585 fisti manitenãt — 12589 Aigles — 12591 Les anbis f. dinie — 12592 E f. & estriers, colestre — 12593 brut c. l. capestre — 12595 sato beste — 12597 redouterẽt qe le (blanc) aus ( ?) barballestre

  1. — 12599 liom — 12603 C. bo cital — 12604 Ne sor p. — 12605 nõ sam f.