Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXLI[1]

Si com Rolant veult son hiaume lacher,
Environs lui oit maint buens chevaler.
12525La file ou roi le veit ou poing cobrer,
Cortoisemant le pris a areisner :
« Jantis hom frere, ne vos doit anoier ;
« Vos avez prise, por ma vie eslonjer,
« Une bataile qe mont feit a douter
12530« Vers le miaudre home qi soit deqa la mer ;
« A peril estes de mort, je de brusler.
« Por le meilor vos voudroie proier
« Qe me sofrés vostre cors a armer.
— Ma damoisele », feit Rolant, « volenter ;
12535« Mais armes ai que rien ne veul cangier :
« A um Frans les touli qe mont les avoit chier.
« Escu e lançe vos demand e destrer :
« Foible est le mien, si le m’estuet laiser,
« Por la marine qe le m’a feit troubler. »
12540Dist Dionés : « Ne v’an convient douter. »
L’ardi Soldan dist a son escuher :
« Va moi », feit il, « le blanch cheval mener
« Qe m’envoia roi Salindre l’autr’ er. »
E cil s’en veit le cheval atorner.
12545Le dus remis por son cors adober.

DXLII[2]

Rolant s’atorne, qi proueche salue.
243 aLa riche broine avoit el dos vestue,
Ne doute armes une branche foilue ;

  1. — 12525 La f. oy r. le p. areisner — 12529 Uue b. — 12530 miandre — 12532 uos non droie p. — 12535 que rie ne — 12538 lauser — 12541 Lerdi soldaz
  2. — 12546 pro uethe s.